Mary Evely

"Chaque homme, parce qu'il croit un peu que le monde est né en même temps que lui, souffre au moment de quitter la vie, de laisser l'univers inachevé."
M. Druon.

 

En lisant ceci, il me semble reconnaître là l'élan qui nous a poussés Louis et moi, à créer l'Aube… L'aube, espérions nous de temps nouveaux.

Venant tous les deux de Belgique, nous sommes venus nous installer dans la Drôme. Mon mari, Louis Evely, et moi-même, avions, après notre mariage, acquis une vieille magnanerie, qui dominait un site merveilleux et champêtre.

Louis avait été durant 20 ans, un prêtre apprécié et heureux. Sa réputation s'était rapidement répandue, tout d'abord par l'enseignement qu'il donnait à ses élèves, mais très vite aussi grâce à ces retraites et ses conférences et à ses livres, qui furent répandus en 25 langues. Mais ce succès croissant, inquiète l'autorité ecclésiastique de l'époque (de 38 à 68) dont le souci est d'imposer des croyances, alors que Louis incitait ses auditeurs à construire leur foi à partir de leur expérience, à l'exemple de Jésus qui disait : "Venez et voyez." Cette forme de libération, partout acceptée actuellement le met en porte à faux vis-à-vis de sa hiérarchie qui récuse ses propos, et déconseille à ses nombreux lecteurs et auditeurs de le suivre sur cette voie.

Louis estime alors, qu'en conscience, il ne peut plus, en tant que prêtre, être le représentant d'une Église qui n'approuve pas ses positions. Il demande alors, et obtient, sa sécularisation. Il s'en explique en disant qu'il souhaite continuer à prêcher l'Évangile, mais avec la liberté du laïc.

C'est alors après trois ans nous nous mariâmes.

Mère de trois enfants d'un premier mariage, je suis peintre et ai exposé huiles, aquarelles et dessins en Belgique, en France, en Suisse et jusqu'en R.A.U. Par ailleurs, par un souci de vivre au mieux l'harmonie corps-esprit, j'ai fait des études de conseiller en hygiène et nutrition et iridologie. Plus que jamais dans le monde où nous vivons, cette démarche semble importante. Au départ de notre nouvelle vie, il nous faut restaurer notre vieille demeure, qui bien que pleine de charme n'a plus que ses gros murs de valables.

Notre but premier est bien-sûr d'y habiter, mais aussi d'offrir un lieu de paix, de détente et d'harmonie à ceux qui souhaitent, dans un climat fraternel, venir se ressourcer et réfléchir au sens de leur vie et de leur foi.

Amis et lecteurs de Louis furent nos premiers hôtes. Ils avaient apprécié son message conforme à l'Évangile à qui, disait-il, nous souhaitait rendre " toute sa force de frappe." Beaucoup parmi nos hôtes n'acceptaient plus la rigueur figée des prescriptions de l'Église, mais souhaitaient comme lui, offrir l'essence de l'Évangile à tout le Peuple de Dieu.

Certains de ses livres furent très appréciés par les milieux protestants qui l'invitèrent très régulièrement à donner stages et conférences, spécialement en Suisse et en Alsace.

Nous fûmes donc encouragés à proposer des rencontres de plusieurs jours dans notre beau lieu qui se prêtait si bien à la détente fraternelle et à la réflexion.

La rusticité de l'accueil ne décourage pas nos hôtes qui sont logés sous tente ou dans des greniers. Qu'importe, chacun y trouve son compte et vit, j'ose le dire des moments d'exception. Contrairement à ce qu'avait été l'enseignement magistral de Louis, ce sont, à présent les participants qui, les langues se délient, ont osé se confier, avouer ses doutes, dépasser peurs et culpabilités enfouies souvent depuis l'enfance.

Ces rencontres font de plus en plus d'heureux qui repartent disent-ils regénérés. Mais les séparations sont cruelles. Beaucoup restent en lien entre eux et nous écrivent pour poursuivre leurs réflexions, confier leurs problèmes et difficultés. L'abondance du courrier nous donna l'idée de fonder un petit bulletin qui rassemblerait questions et réponses, et serait un lien vivant entre tous les participants. Très vite, le nombre d'abonnés atteint les 900.

Actuellement, après 28 ans, notre petit bulletin reste toujours vivant et actif. Il a été à l'origine de l'édification de ce qu'est devenu notre centre de L'Aube.

Mais, revenons en arrière. Vers 1980, après huit années d'accueil champêtre, que nous assumons totalement à deux, pour des groupes qui atteignaient parfois une vingtaine de personnes, la charge était devenue trop lourde en plus des tournées de conférences, courriers et publications des livres. Nous nous trouvions donc devant cette alternative : ou tout abandonner, ou construire sur notre terrain une structure plus adaptée à un accueil permanent qui nous permettrait de nous faire aider. Mais où trouver les fonds nécessaires ?

Nous confiâmes notre dilemme à notre petit bulletin qui nous apporta la solution sous la forme d'un généreux apport financier suffisant pour mettre le projet en route. Le défi était énorme, mais quelle magnifique confiance de la part de ceux qui y croyaient !

Cette entreprise en se fit pas sans peine, mais après deux ans d'infinis démarches et travaux, le centre ouvrit ses portes en juin 1982.

Hélas, peu avant, Louis tombe malade. Avec l'énergie qui le caractérise, il continue à donner des conférences, à animer stages et rencontres, et plus que jamais à clarifier sa pensée par ses écrits. Il s'éteint en août 85 en ayant dit-il, le sentiment de n'avoir encore rien exprimé de ce qu'il avait à dire.

Il me laissa la belle, mais lourde responsabilité de poursuivre son œuvre. Depuis, mon but est de garder son message vivant, non seulement par le style et la qualité d'accueil de notre "Aube" mais aussi en publiant des livres inédits et en rééditant des ouvrages épuisés, mais toujours demandés.
Ceci me prouve que, près de 20 ans après sa mort, son message libérateur est toujours d'actualité. Il rejoint ce qu'il appelait "les blessés de l'ancienne Église", qui refusent, néanmoins de rejeter ce qui était la racine de leur foi.

Avec l'aide notre C.A. et de l'équipe qui fait vivre notre maison, nous tentons de rester fidèles à cette racine, tout en l'adaptant aux besoins de notre époque. Nous croyons fermement que, comme le disait Louis, "c'est ce qu'il y a de plus humains qui révèle le mieux le Divin."

Convaincus que ce "souffle" anime toute la création, nous souhaitons nous ouvrir largement à toutes les tentatives qui permettent à l'homme de se réaliser dans sa totalité corps-esprit. En ce qui concerne le corps, nous sommes très sensibles à tout ce qui concerne la nature et notre environnement. Et cela détermine la façon de se nourrir, l'équilibre des repas, et la responsabilité de chacun de gérer sa santé.

Nous sommes très conscients que tout ce que nous pouvons entreprendre dans ces domaines n'est qu'une goutte d'eau dans l'océan, des besoins de notre époque, mais si nos modestes initiatives pouvaient en convaincre certains, et particulièrement des jeunes, de créer eux aussi des lieux témoins du "respect du Vivant" nous ferons ainsi doucement pencher la balance vers un meilleur équilibre de notre planète.

En ce qui concerne l'esprit :
J'ai des nombreux et touchants témoignages que le message de Louis, dépouillé de certaines formulations dépassées aujourd'hui, reste toujours actuel. Il puisait sa source dans une intense vie intérieure, alimentée par l'exemple de son toujours jeune maître mort, il y a 2000 ans. Comme lui, il nous dit qu'il ne faut pas chercher Dieu dans les nuages, mais que "qui voit son frère voit son Dieu !" De là découle ce "Aimez vous les uns les autres" parfois si difficile à mettre en pratique.

Louis a consacré sa vie à tenter de faire prendre conscience de cette "Présence" en tout homme, que chacun perçoit en des rares moments d'exception. C'est pourquoi il nous dit que "La foi, c'est de se rappeler, quand on est dans les ténèbres, ce que l'on a vu quand on était dans la lumière." Cela nous permet de rester bien modestes, mais ne nous dispense pas pour autant d'être des "passeurs de Lumière."

A l'Aube, nous tentons donc, de faire passer cette lumière en vivant le plus harmonieusement possible le présent, afin de construire un avenir où jeunes et moins jeunes auront goût et joie à vivre. Nous espérons donc que la variété des stages que nous proposons soit convaincante et donne envie à d'autres de se lancer dans ce genre d'utopie.

Personnellement, j'ai toujours trouvé dans l'expression créatrice, le meilleur moyen de prouver ce qui m'habite. Pour moi, peindre ou dessiner est une forme de prière. N'est-ce pas un moyen privilégié de se mettre à l'écoute du son que rend le Divin en nous, quand nous parvenons à nous y accorder ?

Aussi, c'est avec bonheur que j'anime des stages dans cette discipline qui ouvre d'heureux horizons.

C'est dans cette esprit que j'ai écrit "Le livre d'Amélie." (Ed. monte Cristo.) Je souhaitais confier à ma petite fille, qui allait être confirmée, ce qu'avait été mon chemin de foi. Alors, tout naturellement, je l'ai complété à la pointe du pinceau.

J'achève actuellement un livre pour un petit neveu de 8 ans. C'est un âge où l'on est capable de faires des découvertes profondes qui peuvent avoir valeur éternelle et orienter toute une vie. N'est-ce pas pour cela qu'il nous est demandé de redevenir comme des petits enfants ?


                             
forum.php


Date : 16-09-2007
Titre de l'article : Mary Evely
Nom ou Pseudo : Nugues
Pays : France
Email : art-nugues@laposte.net
Réaction : Bonjour à tous,
je découvre votre site en parcourant les résultats de moteur de recherche sur les notions d'art et de foi.
Je suis artiste, peintre écrivain pour être précis.
Depuis une dizaine d'années, après une carrière dans le spectacle vivant et la comunication , je me consacre entièrement à mon oeuvre.
Chaque jour davantage, mon travail est inspiré par mes méditations et mes lectures autour de la Bible et de la tradition juive. Bien qu'étant moi-même de tradition catholique, l'ancien testament a une importance capitale dans mes réflexions.
Peindre et écrire, pratiquer l'art a, je pense, une vocation et une responsablilité dans le "désordre" actuel. Cette "responsablité" peut trouver des ressources dans notre tradition religieuse occidentale.
Je me permets de vous indiquer un blog que je viens d'ouvrir : art-foi.com

Dominique Nugues

 


 --------------------------------------------------------------------------------------------

Date: 10/12/2009
Titre: Mary Evely
Nom ou Pseudo: myni62
Email: mylene62@laposte.net
Pays: Francophonie
reaction: Bonjour,

Je suis ravie de lire cette belle histoire.
Depuis que je suis abonnée à la Parole du jour du site Paraboles.net, j'ai remarqué être très souvent "touchée" par les écrits de Mr Evely.
Alors, en découvrant l'histoire d'une femme qui, courageusement, continue de croire en Dieu en "poussant" jusqu'à nos yeux de si belles paroles !
Merci au Seigneur de m'avoir permis de croiser votre chemin, votre chemin de foi ? D'ailleurs, vous serait-il possible de me donner vos coordonnées, je vis à Montélimar en Drôme et mon développement spirituel nécessite bien par moment de trouver un lieu de ressourcement...

Cordialement,
Mylène Nédellec








Paraboles.net - 497, av Victor HUGO - 26000 VALENCE
Tél :
04 75 81 82 24 - Fax : 04 75 81 82 25 - Email : contact@paraboles.net