Quand avez-vous invité Jésus à l'apéro pour la dernière fois ?

« Tu aimeras ton prochain comme toi-même ».
Qui donc est mon plus proche prochain ? Est-ce mon charmant voisin, tellement aimable, celui dont la pelouse si bien tondue, un vrai gazon anglais, me renvois sans cesse à mes propres obligations envers mon petit lopin de terre qui fait office de jardin ? Est-ce ce client récurrent, si gentil, mais presque trop, à tel point que parfois il m’amène aux bords du trépas, à la limite de la mort lente à force d’ennui ? Ou cet autre, pénible et suant, dont je devine qu’il m’a été envoyé pour ma sanctification personnelle (mais il y a encore du boulot). Mais qui donc est mon plus proche prochain ? Est-ce mon épouse, ou bien le magma bruyant et dynamique (devrais-je dire dynamite) que représentent mes 4 merveilleux enfants ? Est-ce que c’est notre chat (qui s’appelle Pain d’épice de son vrai nom), ou encore nos deux cochons d’indes, Zoé et Tilleul ? Où plutôt peut-être le maire de mon village, qui a l’air bien brave, même si ses affinités avec le Front national ne sont un secret pour personne (sauf pour mon chat qui n’y comprend rien en politique). Serais-je moi-même mon plus proche prochain ?

Si c’est le cas, drôle de cohabitation : entre le vieil homme et l’homme nouveau, franchement, je ne sais plus qui est qui ! Ou alors, mais je ne sais pas si cela serait très « théologique », ou très logique tout court, il m’est venu à l’esprit, mais je ne suis sûr de rien, que Dieu lui-même, en personne, serait peut-être, éventuellement, mon plus proche prochain…

Bien sûr, cela pose un problème, parce que Dieu n’est encore jamais venu s’inviter pour l’apéritif chez nous.
Et je ne lui ai encore jamais envoyé d’invitation de ce genre. En fait, je ne sais pas du tout s’il est « apéritif » 

D’après ce que j’en lis dans la gazette de l’époque où il était sur terre (The Herald Gospel Tribune), quelque part du côté de la Galilée, dans les pays chauds, il était plutôt du genre à traîner avec les gens de mauvaises vies, ceux qu’aujourd’hui on appelle les clodos, les zonards, les pétasses, les rastas, les beurs, etc., enfin tous ceux qui font tâche quoi…

Donc je pense qu’il était peut-être bien « apéro », ne serait-ce que pour être amical avec tous ces gens, mais pas forcément au pastis, ni au gros rouge ; tout dépend de ce qui se buvait à l’époque. Comme je ne suis ni théologien, ni archéologue ou historien, je sais pas trop ce qui se buvait à l’époque. Et après tout, on s’en fout, parce que l’intimité et la relation avec Jésus, c’est beaucoup plus subtil que la différence entre le Martini, le Muscat et le Whisky coca…

Donc, et je persiste dans mon questionnement, Dieu, au final, au travers de son fils Jésus-Christ, (qui, je vous le dit en aparté, à changé une quantité phénoménale d’eau en vin), ne serait-il pas en fait mon plus proche prochain ? Os de mes os, chair de ma chair, plus proche de mon intimité personnelle que qui que ce soit, résident permanent de mon « jardin secret » intérieur, compagnon de longues dates, compagnon de toujours, compagnon pour toujours…

« Jésus, fils de Dieu, fils de l’homme, tu transcende mon quotidien, tu éclaires ma " pauvre vie", et tu en fait, non pas une vie de riche, mais une vie plein de richesses, d’aventure, de paix et de joie, de combats surmontés, d’épreuves traversées, de découvertes et d’étapes d’épanouissement successives et progressives, qui dessinent pour ma vie un chemin qui a du sens. Et c’est dans l’intimité de ce cheminement que je souhaite t‘offrir ce titre de "plus proche prochain".
Les théologiens s’en feront peut-être une source de soucis, certains seront peut-être contrariés, mais j’ai envie de voir les choses comme cela. Et comme Marie, la sœur de Marthe, j’aimerais m’asseoir à tes pieds pour être là, t’écouter, être proche, le plus proche possible, car dans cette proximité, cette complicité, cette intimité, se construit un lien que rien ne saurait détruire, un lien de qualité, un lien profondément spirituel, qui surpasse de loin tous les apéritifs du monde, je n’en doute pas un seul instant ! Et si l’ivresse du Saint Esprit est au rendez-vous, et bien, tant mieux, je n’en prendrais point ombrage… »  




 

Patrick GHEYSEN, pour Paraboles.net (tous droits réservés)

Date : 10-11-2006
Titre de l'article : Apéro !
Nom ou Pseudo : étoile
Pays : France
Réaction : Super édito ! rigolo mais pas trop... et plein de choses vraies à la fois ;
j'ai passé un beau moment de lecture. Des éditos comme ça, j'en veux encore !
J'ai l'impression de moi aussi  reconnaître ce Dieu-là, ce Jésus-làde tous les jours
gris ou ensoleillés, pluvieux ou lumineux...ça dépend des jours !
Oui, je crois aussi à cette amitié, cette intimité possible avec Dieu
en dehors des murs officiels de l'église que je trouve de plus en plus étouffants,
rigides et "inacccueillants". Pour terminer, je conseille à tous comme apéro :
l'eau de Vie ; Jésus en donne et en redonne, on peut la consommer sans modération
et puis, elle est tellement bonne qu'on finit par avoir envie dela partager avec les autres,
avec ses plus proches prochains...

---------------------------------------------------------------------------------------------

Date : 10-11-2006
Titre de l'article : Apéro !
Nom ou Pseudo : Xap
Email : pax15@mac.com
Réaction : Pour moi, le prochain, c'est tous ceux qui je croisent
dans ma vie de tous les jours et sont à moins d'un mètre de moi.
C'est une définition qui en tout cas  concrète et réaliste et qui permet en permet
une approche quotidienne. Ceci dit, cette définition, n'exclut pas bien sûr,
celles et ceux qui sont en au-delà de 1,01mt !!!


---------------------------------------------------------------------------------------------

Date : 10-11-2006
Titre de l'article : Apéro !
Nom ou Pseudo : Théo Logique
Pays : Francophonie
Réaction : Bonjour,

Rassurez-vous ! Votre article est à la fois pertinent et amusant... et
théologiquement défendable. En effet, le livre de l'Apocalypse nous livre
une information importante dans le verset 20 du chapitre 4 : " Voici : je me
tiens devant la porte et je frappe. Si quelqu'un entend ma voix et ouvre la
porte, j'entrerais chez lui et je dînerais avec lui et lui avec moi"

Cest ici Jésus qui s'exprime, et cette invitation est ouverte à tous. Ce
n'est pas forcément une invitation à l'apéro, mais c'est clairement une
"porte ouverte à la rencontre", une rencontre vitale, une rencontre pour la
vie...

La théologie n'est pas contre cette dimension intime et vécue de la relation
avec Dieu au travers de son fils Jésus-Christ.

Continuez-donc à nous amuser tout en nous disant des choses essentielles,
c'est pour cela que l'on aime votre site !

Théo Logique

 









Paraboles.net - 497, av Victor HUGO - 26000 VALENCE
Tél :
04 75 81 82 24 - Fax : 04 75 81 82 25 - Email : contact@paraboles.net