Jésus était-il chrétien ?

Barbouillages et autres esquisses :
histoire d’un paroissien hors du commun !

Jésus était-il chrétien ? C’est un vaste débat, crucial par certains aspects… et en même temps relativement anecdotique ! Q’en dire ? Jésus était juif, élevé dans sa propre religion, attaché à sa culture, et pas du tout intégré dans une église évangélique quelconque, vu qu’à l’époque, ce type d’église n’existait pas, pas plus que les dénominations qui ont fleuri par la suite : catholiques, orthodoxes, luthériens, pentecôtiste, réformés, méthodistes, baptistes, etc. L’histoire du christianisme s’en est mêlée, entremêlée, s’est mélangée les pinceaux, et a barbouillée de nombreuses exquises, qui ne sont souvent que de pâles reflets de l’excellence intrinsèque du message initial du Christ, que l’on appelle la « Bonne Nouvelle ».

Jésus n’allait donc pas à l’église, puisque celles-ci n’ont commencé à se constituer progressivement qu’après la pentecôte. Il fréquentait le temple, bien sûr, mais souvent pour y mettre « le bazar », pour parler crûment, vu que les pharisiens de l’époque et autres gardiens de bonnes mœurs religieuses n’appréciaient guère ses interventions durant le déroulement des cultes… Jésus faisait donc figure de trouble-fête ! C’est entre autre pour cela qu’ils lui ont fait sa fête… sur la croix ! Un règlement de compte radical, net et sans bavure.

Jésus n’était donc pas l’archétype du bon paroissien par excellence. Est-ce dommage, est-ce regrettable ? Doit-on conserver surtout l’image d’un Jésus révolutionnaire, renversant les étals des marchands du temple, opposant aux questions de Ponce Pilate un silence suicidaire, ou des réponses lapidaires ? Faut-il surtout se souvenir des conflits larvés entre Jésus et les pharisiens, et souligner à l’extrême sa tendance à répondre aux questions posées par des réponses qui mettaient les interlocuteurs sur le gril en public ?

A nouveau, que dire ? Jésus est un mystère, un chemin, un appel, une invitation à explorer, à chercher… et finalement à « trouver ». Car le Christ n’ouvre pas des portes enfoncées qui ne mènent nulle part, il ne nous conduit pas dans des impasses, des voies sans issues. Il n’est pas le metteur en scène d’attrape-nigauds ou de pièges à gogos. Il est « le chemin, la vérité et la vie ». Chemin de paradoxe, vérité sans contraintes ni dogmatismes, vie abondante et authentique, sans oripeaux ni artifices…

Ne l’oublions pas, en dehors de toute appellation labellisée « chrétienne » ou pas, Jésus nous interpelle en priorité, toujours et encore, au niveau de notre vie intime, de notre réalité profonde, de notre dimension d’être humain (en tant que sujet) digne d’exister, de vivre et de s’épanouir dans une dynamique de développement personnel réaliste et respectueuse des autres…

Et pour en terminer, souvenons-nous que étymologiquement, le mot église vient du grec « Ecclésia », qui veut dire être « appelé hors de… ». L'Église est donc normalement composée de ceux qui sont appelés hors du système du monde pour pratiquer un mode de vie selon Dieu. Mais si l’on pense les choses dans l’autre sens, on pourrait considérer que notre appel, c’est d’abord de sortir d’une mentalité de ghetto, pour aller vers nos frères et sœurs en humanité, dans un mouvement de rencontre et de dialogue, plutôt que dans un réflexe de replis sur soi et d’autoprotection « spirituelle ». « Ah, qu’il est bon pour des frères de demeurer ensemble, c’est comme l’huile précieuse… » dit le psaume ! Mais si cette huile ne sert pas à assaisonner et à enrichir notre monde contemporain, elle risque fort de fermenter, et les mouches de s’y incruster…

Alors, laissons-nous aussi  « appeler hors de » notre confort ecclésial, de nos rituels sécurisants, de nos habitudes enfermantes, aussi religieuses soient-elles. Et dans cette dynamique d’ouverture, comme Jésus, nous serons vraiment « chrétiens » à part entière et sans ambiguïté !

Patrick Gheysen

 

 

Date : 30-08-2006
Titre de l'article : Jésus était-il chrétien ?
Nom ou Pseudo : Dal-palu Bruno
Pays : France
Email : bruno.dal-palu@wanadoo.fr

Réaction : Oui, Jésus était chrétien, car il croyait en lui-même, et ce n'est pas si facile à faire... En cela il nous montre le  Chemin du projet de Dieu pour chacun d'entre nous : " allez vers soi-même".

Amitiés.
Bruno Dal-Palu.

---------------------------------------------------------------------------------------------

Date : 04-02-2007
Titre de l'article : Jésus était-il chrétien ?
Nom ou Pseudo : jackmaillard
Pays : France
Email : jackmaillard@laposte.net
Réaction : Laisser l'autre libre de ses pensées et de ses actions, c'est me
semble-t-il le premier devoir du citoyen..., tant que lesdites actions
n'empêchent pas que vivent la Liberté, la Dignité et la Fraternité.
En ce qui concerne "l'égalité", l'équilibre des tâches et des contraintes
fondé sur le "devoir de" est abominable. Quand on opte pour l'altruisme,
c'est ne pas ainsi qu'on est "en marche". Etre ainsi avec l'autre est à
proscrire. Rien n'empêche de discuter des Pb préalablement, quand il y en
a..., d'ailleurs, si Jésus n'avait bien entendu pas critiqué Marthe ni
Marie, n'a-t-il pas critiqué le geste le plus agréable comme étant le
bienvenu ?
La fraternité enfin : Dans la vie c'est le regard à l'Autre..., l'attention
prête à la B.A. qui donne sens aux rapports humains. Dans la vie de couple
c'est l'attention au merveilleux complément qu'apporte TOUJOURS l'Autre
moitié de nous-même qu'on appelle le conjoint..., sur la route de la
"vocation" du mariage avec Le (ou "la" ou "le") compagnon de voyage…,
sans qui la vie n'a pas de bonnes fondations pour prendre sens.
Et pour en n'en plus finir et commencer à vivre, pour ce qui est de l'appel
hors du système du Monde dans lequel nous sommes et dont nous faisons
partie, l'étymologie de Littré est différente de la vôtre: Provenç. gleiza,
glieyza, glicia ; espagn. iglesia ; portug. igreja ; ital. chiesa ; du latin
ecclesia, le terme qui en grec correspond à église signifie proprement
assemblée et vient du verbe convoquer.
L'Église, pour moi, ce DEVRAIT être l'assemblée de ceux qui sont DECIDES à
agir POUR le Monde, pour que notre naturel égoïsme opte pour l'altruisme qui
donne sens, pour qu'ENSEMBLE, le geste complet selon les capacités de chacun
soit COMPLETEMENT effectué..., comme nous l'a montré le Seul Véritable Homme
politique depuis tous les temps..., Jésus…, selon l'étymologie du mot «
Politique »…, qui est l'art de s'occuper de toute la population (sanscrit
:pur : la multitude assemblée…, ce qui a fait « polis » la ville…)
L'Eglise a le devoir, au delà de sa doctrine sociale, et de sa vie qui ne
connaît pas la misère, de permettre à chaque Etre Humain de donner DIGNEMENT
sens à sa vie. Dépassons l'horrible stationnement au mot Charité…, par
ailleurs empli de mille valeurs et félicités.
Ne pas nous occuper des conditions matérielles de conduire le Monde pour que
chacun vive DIGNEMENT sa Liberté..., ne pas faire les gestes complets en
fonction de nos savoirs..., prendre prétexte que l'Eglise n'a pas à
s'occuper de Politique et d'Economie (toujours au sens étymologique
signifiant le partage),voilà notre crime.
Le temps d'écrire ce petit mot, 5.000 personnes sont mortes de FAIM dans
notre monde de pléthore.
Comme le montre CONCRETEMENT le Christ..., Celui qui a le savoir de remettre
les péchés…, remet les péchés. Celui qui a le savoir de guérir les corps…,
guérit des corps.  Celui qui a le pouvoir de ressusciter les morts…,
ressuscite Lazare…, Et nous qui avons le pouvoir démocratique et politique
de d'organiser le Monde pour que vivent la Dignité, la Liberté et la
Fraternité…, nous pourrions passer outre ?
Constatant que la population de plus de deux tours de Manhattan MEURT
pendant que nous élucubrons…,  sans faire de fruit et CHAQUE HEURE…, MEURT
de faim …, allons-nous longtemps encore jouer aux pharisiens ?

FRATERNELLEMENT vôtre
Jack Maillard

---------------------------------------------------------------------------------------------

Date : 07-10-2007
Titre de l'article : Jésus était-il chrétien
Nom ou Pseudo : Croyants en liberté
Pays : France
Email :
Réaction :
Jésus n'appartient pas aux églises chrétiennes. L'Evangile non
plus. Même si c'est par la médiation de ces églises que son message s'est
transmis de générations en générations.

Dès l'origine, il y a  4 évangiles et pas un seul. Dès l'origine, il y a des
églises et pas une seule, qui transmettent la foi.

Jésus intéresse les femmes et les hommes d'aujourd'hui bien au delà de leurs
appartenances religieuses.

Approcher et découvrir un Jésus par dessus tout humain ne justifie pas la
suspicion souvent très rapide des églises.

En principe les chrétiens ne sont pas déistes. Ils ne croient pas en un Dieu
abstrait, inaccessible, lointain, magique. Leur originalité, c'est de croire
en Jésus qu'ils reconnaissent comme "Christ". "Nul ne va au Père que moi"
dit Jésus. Jésus est "la voie" ou le "chemin".

Les lectures non chrétiennes de la vie de Jésus sont très intéressantes pour
les chrétiens. Le regard des non croyants et des croyants des autres
religions sur Jésus peut apporter beaucoup aux chrétiens souvent
conditionnés par un dogmatisme ou un catéchisme enfermant.

 










Paraboles.net - 497, av Victor HUGO - 26000 VALENCE
Tél :
04 75 81 82 24 - Fax : 04 75 81 82 25 - Email : contact@paraboles.net