Irak : La guerre des intégrismes religieux

Alors que résonnent les bruits de botttes et les "rumeurs de guerre", il nous a semblé opportun de vous proposer le texte suivant comme base de reflexion :

Par Alain Duhamel
Journal Libération du 8 mars 2003

L'une des caractéristiques les plus déplaisantes du bellicisme de Georges W.Bush est la bonne conscience imperturbable, marmoréenne, qu'il affiche depuis le début de la crise irakienne. Le Président américain ne doute pas une seconde de son bon droit. Le juste, le vrai, le bien, il se les approprie. George W.Bush s'est auto-investi d'une mission messianique. C'est au nom de la morale et de la justice qu'il a décrété que l'Irak était aujourd'hui la cible prioritaire, le danger imminent.

Pourquoi l'Irak plutôt que la Corée du Nord ? Mystère. En quoi Sadam Hussein constitue-t-il aujourd'hui le péril des périls, pourquoi est-il plus dictatorial q'une dizaine d'autres chefs d'Etat de son acabit, où sont les preuves de ses liens avec Ben Laden, qu'est-ce qui en fait le bras armé du terrorisme international davantage qu'au moins une demi-douzaine de ses voisins ? Aucune importance. Dans l'univers manichéen, d'ailleurs présenté et assumé comme tel, du Président américain, il n'y a pas de place ni pour le doute ni pour la pitié. Pourrait-on désarmer Saddam Hussein sans massacrer des civils, sans déstabiliser toute une région, sans crevasser l'ONU, sans fissurer l'Alliance atlantique, sans décupler le terrorisme, sans extrémiser une fraction des musulmans, sans creuser un abîme entre l'Islam et l'Occident ? Peu lui importe. Les inspecteurs des Nations unies ne lui suffisent pas. Il faut châtier le mal, exterminer l'ennemi. George W. Bush est un croisé, un intégriste religieux qui a la certitude que Dieu est avec lui et lui tend une épée.

Rien n'est d'ailleurs plus impressionnant que de l'entendre invoquer de plus en plus fréquemment, au fur et à mesure que le guerre devient imminente, Dieu et la Bible, émailler ses discours de références chrétiennes, se placer constamment sous la protection, voire sous l'inspiration divine. Il est vrai que l'univers politique américain est l'un des moins laïques du monde, que l'on prête serment sur la Bible, que l'oin prie en ouverture des circonstances solennelles.

George W.Bush, habité par sa mission -détruire " l'axe du mal "- va plus loin. Il se montre volontiers en train de se recueillir avec ses collaborateurs avant d'ouvrir une réunion, à la recherche de la bénédiction divine. A la télévision, il emprunte des accents, voire des formules, de télévangélistes. La plupart des Eglises américaines ont pourtant pris fermement position contre la guerre. En revanche, la
" droite chrétienne ", ces ultraconservateurs fondamentalistes, si puissants aux Etats-Unis, possédant universités, journaux et chaînes de télévision, le soutient corps et âme. Les catholiques, les protestants de la côte Est lui sont hostiles. Chez les évangélistes, en particulier chez les baptistes et plus généralement dans la " ceinture de la Bible " du Sud confédéré, il compte de solides appuis : rien d'étonnant, puisqu'il se rattache lui-même à cette mouvance-là. Dans sa famille, on était épiscopalien ou presbytérien. George W. Bush, lui, a choisi les évangélistes qui, aux Etats-Unis, donnent parfois (pas tous, pas les quakers, par exemple) dans le populisme le plus violent et le plus martial. Il y est à son aise.

Depuis les attentats du 11 septembre 2001, les intégrismes religieux sont d'ailleurs les seuls vainqueurs. Au sein des peuples musulmans, Ben Laden compte de plus en plus d'admirateurs notamment chez les déshérités et chez les désespérés. Saddam Hussein, qui fut un dictateur laïque, instrumentalise maintenant le fanatisme religieux dans sa propagande. L'intégrisme a progressé aussi, on le sait bien, en Israël et au sein de la communauté juive américaine, dont la mouvance la plus radicale fait bon ménage et même équipe avec l'ultradroite chrétienne qui pousse et adule George W. Bush. Lors des conflits des Balkans, c'étaient les catholiques romains et les orthodoxes qui s'étaient fanatisés. Cette fois-ci, la deuxième guerre du Golfe ressemblera à une confrontation d'intégristes évangéliques, musulmans, juifs

Par Alain Duhamel
Journal Libération du 8 mars 2003

 

Visiter le site :
www.liberation.fr



 --------------------------------------------------------------------------------------------

Date: 21/01/2009
Titre: Irak , La guerre des intégrismes religieux
Nom ou Pseudo: Cedric
Email:
Pays: Suède
reaction: Après "La chute du Faucon noir" (célèbre film de guerre qui se déroule en Somalie), nous célébrons en ce 20 janvier 2009 le départ du vrai con blanc de la maison blanche. Adieux Bush, et bienvenue Obama !








Paraboles.net - 497, av Victor HUGO - 26000 VALENCE
Tél :
04 75 81 82 24 - Fax : 04 75 81 82 25 - Email : contact@paraboles.net