Christ est ressuscité !
Texte lu dans les églises le dimanche 8 avril, jour de Pâques

Le premier jour de la semaine, Marie-Madeleine se rend au tombeau de grand matin, alors qu'il fait encore sombre. Elle voit que la pierre a été enlevée du tombeau. Elle court donc trouver Simon-Pierre et l'autre disciple, celui que Jésus aimait, et elle leur dit : « On a enlevé le Seigneur de son tombeau, et nous ne savons pas où on l'a mis. » Pierre partit donc avec l'autre disciple pour se rendre au tombeau. Ils couraient tous les deux ensemble, mais l'autre disciple courut plus vite que Pierre et arriva le premier au tombeau. En se penchant, il voit que le linceul est resté là ; cependant il n'entre pas. Simon-Pierre, qui le suivait, arrive à son tour. Il entre dans le tombeau, et il regarde le linceul resté là, et le linge qui avait recouvert la tête, non pas posé avec le linceul, mais roulé à part à sa place. C'est alors qu'entra l'autre disciple, lui qui était arrivé le premier au tombeau. Il vit et il crut. Jusque-là, en effet, les disciples n'avaient pas vu que, d'après l'Ecriture, il fallait que Jésus ressuscite d'entre les morts.

Evangile de Jésus-Christ, selon saint Jean (jn 20, 1-9).
Illustration : Tableau d'Eugène Burnand, "Les disciples Pierre et Jean
courant au sépulcre le matin de la Résurrection"


Le commentaire du P. Timothy Radcliffe, Dominicain à Oxford, ancien maître général de l'ordre.

Pour partager la foi pascale, nous avons besoin de l'amour des autres.
Marie-Madeleine court raconter aux disciples qu'elle a trouvé le tombeau vide. Alors Pierre et le disciple bien-aimé se précipitent vers la tombe.

Pourquoi toutes ces courses ? Parce qu'ils se trouvent devant quelque chose qu'ils ne comprennent pas. Pour Marie-Madeleine c'est le tombeau vide : elle pense qu'on a volé le corps. Pour les deux hommes, ce sont les linges bien pliés : c'est trop en ordre pour des voleurs de tombe...

Notre propre rencontre avec le Christ ressuscité peut nous interroger. En 1941, à Auschwitz, les prisonniers ont été rassemblés parce que trois d'entre eux s'étaient évadés et que dix devaient donc être exécutés en représailles. Saint Maximilien Kolbe se porta volontaire pour prendre la place d'un jeune homme marié.

C'était un acte d'amour étonnant, un signe de la Résurrection, une victoire de l'amour sur la haine et de la vie sur la mort. Si nous voulons être témoins de la Résurrection, nous devons oser poser des actes d'amour qui montrent que l'amour ne peut jamais être vaincu par la haine, parce que Jésus est ressuscité des morts.

Les disciples eurent besoin les uns des autres pour en arriver à la proclamation du Christ ressuscité. Marie-Madeleine est allée au tombeau de bonne heure parce qu'elle voulait embaumer son corps. Mais elle a trouvé le tombeau vide.

Les disciples eurent besoin de son témoignage. Mais cette femme était tellement bouleversée qu'elle ne regarda pas à l'intérieur du tombeau. Son deuil l'empêchait de faire un pas de plus. Il fallut que Pierre et le disciple bien-aimé arrivent en courant et rentrent.

Le disciple bien-aimé voit, et il croit. Son amour lui ouvre les yeux sur le pourquoi du tombeau vide. Mais rien n'indique qu'il prononce une parole. Car les disciples ont encore besoin de Marie-Madeleine. Elle reste dans le jardin, et là elle rencontre Jésus et devient le premier témoin de la Résurrection.

Chacun de ces disciples aime Jésus à sa façon. Nous avons besoin de la différence des autres, de leurs dons de foi et d'amour, si nous voulons partager notre foi pascale.

Photo : Corinne Mercier / CIRIC

Visiter le site :
www.pelerin.info

 


 --------------------------------------------------------------------------------------------

Date: 11/01/2009
Titre: Christ est ressuscité !
Nom ou Pseudo: balzac33
Email:
Pays: France
reaction: Je viens de lire le mot du Pére Radclife.
J'ai de l'estime pour cet homme et ce qu'il a fait. Mais je pense qu'il est comme beaucoup e chrétiens qui ont besoin de faire appel au miracle, au merveilleux pour adhérer à jésus.
jésus est mort comme nous mourrons. Mais chaque fois que nous aidons un homme, une femme à se "relever", c'est une résurrection. D'ailleurs la meilleur traduction du mot qui raconte ce qui est arrivé à jésus, c'est "il s'est relevé", et non pas de mort physiquement qu'il était, il a retrouvé la vie des hommes.
Non. Arrêtons cela.
Nous fourvoyons les chrétiens.Nous les trompons sur la vraie nature de leur capacité d'adhérer à la "voie" que Jésus nous a tracé, et par sa vie (ou du moins ce que nous en savons) et par ses paroles (ou du moins celles qu'on lui prête).








Paraboles.net - 497, av Victor HUGO - 26000 VALENCE
Tél :
04 75 81 82 24 - Fax : 04 75 81 82 25 - Email : contact@paraboles.net