Sectes, églises et religions

AUTEUR : JEAN-YVES LELOUP
EDITIONS : ALBIN MICHEL (Espaces libres)

Aujourd’hui, ceux qui se disent inspirés, habités par l’Esprit ou des esprits, ou encore mus par des « énergies » ou des « forces » qui les transcendent, ne manquent pas. Ces « esprits » qui leur parlent et les enseignent leur demandent parfois d’enseigner eux aussi, d’écrire, de parler, de guérir…
Qui sont ces « esprits » ? Esprits de défunts ? Des anges ? Des entités ? Il faudrait en même temps se demander qui sont ces personnes qui parlent et qui transmettent ces paroles. Quelle est leur histoire ? Leur mémoire ? Dans quel état est leur esprit à eux ?

Parfois les entités se nomment, et les « véhicules », « canaux » ou « channels » diront : « Attention, ce n’est plus moi qui parle, c’est Untel. C’est l’ange, c’est la Vierge Marie, c’est le Christ ou bien Dieu lui-même », conférant ainsi à ce qui est dit une autorité spirituelle, angélique ou divine… Ces paroles transmises avec foi et conviction rencontreront l’étonnement, l’émerveillement et l’adhésion d’un certain nombre d’auditeurs, comme elles rencontreront parfois le jugement et la condamnation d’autres auditeurs qui ne verront dans tout cela que des manifestations dangereuses, inutiles, voire démoniaques.

Ces messages venus d’ailleurs rencontreront également le scepticisme et seront considérés comme des « remontées d’un inconscient » plus ou moins encombré ou mal exploré ; on parlera alors de « bouffées délirantes », symptômes de mal-être dans une histoire particulière ou plus largement de « malaise dans la civilisation ».

Reste à trouver une attitude qui ne soit ni adhésion aveugle, ni condamnation tout aussi aveugle, ni encore l’ironie facile et humiliante des clercs psychanalystes ou théologiens. « La voie du milieu », de l’entre-trois-dires,(…) cet entre-trois ne pourra être que le centre d’une interrogation honnête ou d’une foi qui cherche à comprendre, une foi incrédule qui n’est pas prête à croire n’importe qui ou n’importe quoi sans examen, mais qui ne fait pas non plus du doute incessant son absolu. Il y a des choses qu’on ne peut comprendre que parce que d’abord on y croit, il faut aimer ce qu’on cherche à comprendre.

Sur quoi porte la Révélation ? Elle porte sur ce que l’homme, par ses seuls moyens, par la seule analyse fondée sur l’expérience, ne pouvait pas découvrir et connaître. Elle porte essentiellement sur la signification de l’œuvre créatrice de Dieu, sur sa finalité ultime. Seul l’auteur du poème, le compositeur de la symphonie, sait quel est le terme qu’il vise dans son œuvre, et celui à qui il communique son secret. La Révélation, c’est la communication du secret de Dieu, de ses intentions. Le message communiqué, c’est cela que les auteurs hébreux appellent la parole de Dieu : c’est le contenu du message, sa substance.

 


forum.htm








Paraboles.net - 497, av Victor HUGO - 26000 VALENCE
Tél :
04 75 81 82 24 - Fax : 04 75 81 82 25 - Email : contact@paraboles.net